Retour en avril 2018 ...

Environnement

Cette semaine, Monsieur le Ministre Carlo Di Antonio doit renouveler le permis d'environnement pour l'exploitation des kayaks sur la Lesse, une activité qui existe depuis 1920 et que DINANT EVASION exerce elle-même depuis près de 40 ans.

Notre demande de renouvellement ne prévoit aucune modification de la situation telle qu'elle existe depuis 25 ans déjà quant au nombre de kayaks en circulation, c'est dire l'autorisation de mettre à l'eau 1370 kayaks maximum par jour, avec 20 jours/an de dérogation à 2200 kayaks.

Notre activité crée 120 emplois en d'avril à septembre, 30 sur l'ensemble de l'année, et attire quelques 250.000 visiteurs qui font vivre toute une région.

Une étude d'incidence menée par des biologistes agréés confirme que l'exploitation n'a pas d'effet significatif sur l'environnement dans l'état actuel des choses.

Malheureusement, nous subissons l'opposition de quelques voisins, défenseurs de l'environnement ou pêcheurs qui tentent d‘obtenir le rejet de cette demande ou à tout le moins de faire refuser ces 20 jours de dérogation. 

Ceux-ci sont pourtant vitaux pour la rentabilité de l'entreprise. Nous avons déposé auprès de Monsieur le Ministre une attestation de notre comptable qui le démontre, chiffres à l'appui.  

L'argument principal de nos opposants est l'incivilités des touristes, principalement par l'abandon de détritus le long de la rivière.

Effectivement l'afflux touristique engendre certaines nuisances, contre lesquelles nous mettons un maximum de moyens en œuvre afin d'en limiter l'impact.

Or, il faut constater en été que des centaines de personnes, en plus des kayakistes, profitent de la beauté de la vallée de la Lesse pour venir se promener, faire du cheval, randonner à vélo ou organiser un barbecue. Certaines de ces personnes laissant malheureusement leurs détritus sur place, cela parfois même en grande quantité.

Depuis toujours, seuls les loueurs de kayaks ramassent les détritus laissés dans la rivière. Cependant, ce service n'arrive pas à suivre les déchets laissés par les barbecues sauvages, qui se prolongent souvent en soirée et bien après le passage du kayak de ramassage des déchets.

Pourtant, nous avons mis en place toutes les mesures possibles pour appréhender cette situation, et notamment :

  • Avant la mise à l'eau des kayaks, des panneaux mentionnent l'interdiction de jeter des déchets ;
  • Les mêmes panneaux précisent que les barbecues, bacs, fûts et packs de bières sont interdits ;

  • Une page de notre site web est dédiée à la réglementation sur la Lesse et particulièrement à ces contraintes ;

  • Un seau est gratuitement fourni avec chaque kayak pour y placer les pique-niques et boissons, ainsi que les déchets après le repas ; ces seaux reprennent les informations utiles pour les kayakistes et rappellent les principaux points de la réglementation, tels que l'interdiction des débarquements sauvages aux endroits non autorisés ou le jet de détritus ;

  • Un système d'identification des kayaks (puce et plaque d'immatriculation) permet depuis 3 ans de retrouver l'identité des occupants en infraction, puisque les usagers doivent s'identifier au moment où ils achètent leur ticket ;

  • Quotidiennement, les sociétés exploitantes procèdent au ramassage des déchets au moyen d'un « kayak-poubelle ». Quatre ramassages plus complets sont encore organisés tout au long de la saison.

Il est ainsi difficile d'imaginer en faire davantage ...

Du reste, la partie de la Lesse qui n'est pas concernée par l'exploitation est nettement plus encombrée de déchets que la partie qui fait l'objet de nombreux nettoyages par notre société. Au surplus, au début de la saison d'exploitation, nous procédons à un nettoyage de la Basse Lesse pour enlever tous les déchets laissés par les autres usagers et les crues de l'hiver.

Enfin, en ce qui concerne la pêche, les espèces de poissons concernés par la Lesse se reproduisent dans des eaux froides et fraiches, soit à des périodes où le débit de la Lesse est encore important et la fréquentation par les kayaks limitée. Selon les études disponibles, on constate une quantité de poissons généralement supérieure à celle observée sur des tronçons non parcourus par des kayaks. Enfin, en Wallonie, 90% des rivières sont interdites au kayak mais 100% sont accessibles aux pêcheurs.

Nous vivons un moment déterminant pour la survie de notre activité et nous avons besoin de votre aide.

Si vous soutenez notre activité, je vous demande de prendre votre plume ou votre téléphone en urgence et d'envoyer quelques mots personnels à monsieur le Ministre Di Antonio pour lui démontrer que, malgré la campagne de dénigrement organisée par quelques opposants, il existe des milliers de personnes favorables à la pérennité de notre activité. 

Ce courrier est à transmettre à Madame Willot, gestionnaire du dossier auprès du cabinet de Monsieur le Ministre Carlo Di Antonio : Isabelle.willot@gov.wallonie.be

 

Merci d'avance à tous pour votre soutien,
Olivier PITANCE,
Administrateur-délégué pour la SA DINANT EVASION

 

 

Pour l'environnement de la Lesse, Dinant Evasion s'engage !

Lutte contre les incivilités et les déchets, la solution : identification des clients.

Soucieux de préserver la rivière et le cadre si exceptionnel de nos activités, un système de surveillance et d'identification des usagers a été mis en place au printemps 2016.

Pratiquement :

En dehors des procédures de caisses habituelles, chaque client devra encoder son identité dans un ordinateur avant de recevoir son ticket à la billetterie. (Si vous avez réservé au préalable, votre identité est déjà encodée et cette étape n'est plus nécessaire.)

Chaque kayak est équipé d'une puce numérotée.

Lors de l'embarquement, l'identité du client sera associée au numéro du kayak dans lequel lui et toutes les personnes de son groupe prennent place.

Pourquoi ?

Lorsque la Police constatera une infraction sur la Lesse (abandon de détritus, barbecue sauvage, comportement dangereux,...) elle pourra alors facilement relever la plaque et remonter à l'identité du kayakiste. Celui-ci sera donc officiellement sanctionné par les autorités pour ses incivilités.

Qu'est-ce que cela change pour vous ?

Deux obligations :

  • Adopter un comportement responsable durant votre descente en respectant les consignes indiquées sur les panneaux présents aux points d'embarquement, sur les seaux hermétiques, sur les tickets et sur le site internet ;
  • Veiller à ne pas échanger votre kayak, surtout durant vos éventuels arrêts sur le parcours.

Est-ce vraiment utile ?

Malgré nos précédents efforts de sensibilisation, ce sont plus de 10 sacs poubelles de déchets qui sont ramassés chaque semaine sur les bords de la Lesse. Cela sans compter les dizaines de barbecues allumés dans les zones protégées  au mépris des règles élémentaires de sécurité et de respect de l'environnement. Ou encore les arrêts sauvages sur des berges en propriétés privées.

Pour préserver la beauté de la rivière, le respect de la Nature et des riverains est primordial.

La Lesse est une rivière naturelle qui traverse un site protégé. Dinant Evasion encourage le respect de l'équilibre entre l'environnement et la pratique du kayak.

La procédure en détails

descente Lesse kayak environnement

Depuis plusieurs années déjà, Dinant Evasion s'engage à :

  • Respecter et faire respecter les réglementations en vigueur concernant le niveau de la Lesse,
      - niveau d'eau minimum : préservation de l'environnement
      - niveau d'eau maximum : sécurité des utilisateurs

  • Respecter et faire respecter les réglementations en vigueur concernant les horaires de mise à l'eau, en début et en fin de journée : en saison, un « kayak-balai » quotidien fait rentrer les derniers utilisateurs.

  • Sensibiliser sa clientèle (briefing, « 10 comportements responsables » affichés sur le matériel, la signalétique, etc.)

  • Nettoyer la Lesse : en saison, une équipe de nettoyage fait chaque jour le trajet en kayak, de Houyet à Anseremme, pour ramasser les éventuels déchets et vérifier l'état de la signalétique.

  • Installer et entretenir l'infrastructure : nouvelles installations sanitaires depuis 2011
    (wc, douches, stations de pompage), nombreuses poubelles.

  • Limiter le nombre de kayaks en circulation.

  • Borner le parcours (en collaboration avec la Région Wallonne)
      - Facilite l'intervention des secours en cas de problème (localisation immédiate),
      - Permet aux utilisateurs de localiser les zones d'accueil et les sanitaires,

  • Entretenir la végétation autour de la rivière (chute de branche, d'arbre, etc.).

Tout cela, sans obligation et à ses frais.

Votre participation :

  • N'abandonnez pas vos déchets le long du parcours. Des poubelles et des sanitaires sont à votre disposition sur les plages autorisées.

  • Il est interdit de s'arrêter en dehors des aires de restauration aménagées. Les plages autorisées en bordure de rivière sont signalées et vous permettent de vous restaurer tout en respectant l'environnement (poubelles et sanitaires). Durant les haltes : amarrez bien votre kayak, emmenez vos pagaies, votre seau hermétique ainsi que vos gilets.

  • Respectez les pêcheurs en évitant de passer trop près d'eux afin qu'ils profitent également de leur journée de détente.